Treize personnes sont tuées et près de 5 600 sont déplacées dans des combats entre rebelles au Darfour, au Soudan.

Dossier
Dossier – Une femme déplacée dans un camp près de Nyala, dans la région du Sud-Darfour, au Soudan. – GREGG BREKKE / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a confirmé qu’au moins treize personnes ont été tuées et près de 5 600 déplacées par les récents combats entre deux factions rebelles dans l’État occidental du Darfour central, au Soudan.

L’agence a indiqué sur son site Internet que les combats entre les factions de l’Armée de libération du Soudan-Abdel Wahid (SLA-AW) ont éclaté le 19 novembre dans la ville de Shamal Yamal Marra et se sont étendus aux zones voisines.

Elle a noté que «les dirigeants communautaires indiquent que treize personnes ont été tuées, quatre blessées, douze sont portées disparues et six ont été enlevées», tandis que quelque 32 000 personnes «ont perdu l’accès à leurs fermes et à leurs champs en raison de l’insécurité, et que certaines fermes ont été incendiées».

«Environ 5 600 personnes ont fui leur domicile et se sont réfugiées dans les camps de déplacés de Sabanaga et de Toga et dans les villes de Tartora, Kumay et Jokosti», a-t-il indiqué, notant que des informations font également état de personnes fuyant vers l’État du Sud-Darfour.

L’OCHA a noté que les camps de Sabanga et de Toga accueillent déjà quelque 16 000 personnes qui «partagent désormais leur nourriture, leur abri, leur eau, leur matériel d’hygiène et leurs services de santé avec les personnes nouvellement déplacées».

«La situation reste tendue et imprévisible et des rapports indiquent que les deux parties mobilisent leurs forces pour un nouveau conflit», a-t-il déclaré, avant de confirmer que «des forces de sécurité ont été déployées dans les zones touchées, qui sont désormais inaccessibles aux travailleurs humanitaires en raison de l’insécurité».

La région du Darfour a connu une recrudescence des tensions intercommunautaires malgré l’accord de paix historique conclu en octobre 2020 avec plusieurs groupes rebelles, qui vise à mettre fin aux combats qui ont éclaté en 2003 et ont fait au moins 300 000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés.

L’ancien président Omar Hassan el-Béchir – renversé par un coup d’État en avril 2019 – et d’autres hauts responsables de son époque sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité présumés dans le conflit.