L’OTAN s’engage à réparer le réseau électrique ukrainien endommagé par les attaques russes

Des
Des Ukrainiens jouent aux échecs avec des torches pendant les coupures de courant à Kiev dues aux attaques russes contre l’infrastructure énergétique du pays. – Sergei Chuzavkov/SOPA Images via / DPA

Les membres de l’OTAN se sont engagés mardi à continuer de soutenir l’Ukraine face à l’agression militaire russe, notamment en l’aidant à réparer son infrastructure énergétique face à une vague «brutale» d’attaques de missiles et de drones russes sur le réseau électrique.

Lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays alliés à Bucarest (Roumanie), le secrétaire général de l’OTAN, M. Jens Stoltenberg, a déclaré que, face aux intentions du président russe Vladimir Poutine de » plonger l’Ukraine dans le noir » et d’utiliser l’hiver comme » arme de guerre «, les 30 alliés ont fait part de leur volonté de continuer à soutenir Kiev, notamment en faisant face aux conséquences des attaques » délibérées » contre le réseau énergétique.

«Nous devons aider l’Ukraine à réparer et remplacer les infrastructures énergétiques, mais aussi à se défendre contre les missiles. C’est le meilleur moyen de défendre les Ukrainiens contre ces attaques et de faire en sorte que Poutine ne réussisse pas dans sa tentative d’utiliser l’hiver comme une arme», a-t-il déclaré.

La vague d’attaques russes contre des civils reflète l’échec de la Russie sur le champ de bataille, a réfléchi le premier ministre norvégien, estimant que Poutine s’attaque aux infrastructures en réponse aux succès de l’armée ukrainienne, qui a libéré «beaucoup de territoires».

En ce qui concerne le soutien militaire, M. Stoltenberg a expliqué que des négociations sont en cours pour fournir de nouveaux systèmes anti-aériens, un débat qui est devenu encore plus pertinent en raison de l’incident en Pologne impliquant un missile ukrainien qui a atteint le territoire allié, tuant deux personnes. Pour M. Stoltenberg, il ne s’agit pas de donner à Kiev de nouveaux systèmes, comme les batteries Patriot que les alliés n’ont pas encore déployées en Ukraine, mais de s’assurer que les systèmes existants disposent de suffisamment de munitions et de composants pour être opérationnels.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, à laquelle la Suède et la Finlande étaient invitées pendant la procédure d’adhésion, les alliés se sont engagés à «poursuivre et intensifier» le soutien politique et pratique à l’Ukraine, qui continue à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale contre l’agression russe, et à maintenir ce soutien «aussi longtemps que nécessaire».

«Les Alliés aideront l’Ukraine à réparer ses infrastructures énergétiques et à protéger sa population contre les attaques de missiles. Nous restons également déterminés à soutenir les efforts à long terme de l’Ukraine sur la voie de la reconstruction et des réformes d’après-guerre, afin que l’Ukraine puisse assurer son avenir libre et démocratique, moderniser son secteur de la défense, renforcer l’interopérabilité à long terme et dissuader toute agression future», indique le texte.

RÉAFFIRMER LA PORTE OUVERTE À L’UKRAINE La réunion de Bucarest intervient quatorze ans après que le sommet des dirigeants alliés de 2008 a reconnu l’Ukraine et la Géorgie comme candidats à l’adhésion à l’alliance, un engagement qui, selon les 30 membres de l’OTAN, reste en vigueur. «Nous réaffirmons les décisions que nous avons prises au sommet de Bucarest de 2008 et toutes les décisions ultérieures concernant la Géorgie et l’Ukraine», peut-on lire dans les conclusions de la réunion. Lors d’une conférence de presse, M. Stoltenberg a insisté sur la politique de «porte ouverte» de l’OTAN, tout en soulignant que l'»objectif principal» pour le moment est d’envoyer un soutien d’urgence à Kiev pour qu’il puisse se défendre contre une invasion russe.

Le responsable politique de l’OTAN a souligné l’intention de renforcer encore les relations avec l’Ukraine, affirmant que le soutien pratique et le soutien politique «vont de pair». «En apportant un soutien plus pratique, nous avons davantage de contacts avec l’Ukraine et nous l’aidons à passer des normes militaires soviétiques aux normes de l’OTAN», a-t-il déclaré à propos des aspirations de l’Ukraine à rejoindre l’organisation militaire.