Arménie/Azerbaïdjan : l’Azerbaïdjan suspend sa prochaine réunion avec l’Arménie après avoir rejeté la médiation de Macron

Archivo
Archivo – Nikol Pashinyan, Charles Michel e Ilham Aliyev – Dario Pignatelli/European Counci / DPA

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré vendredi que la réunion prévue le 7 décembre à Bruxelles avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinian a été suspendue après le refus du président français Emmanuel Macron d’y assister, comme le demandait la partie arménienne.

«La réunion à Bruxelles était censée avoir lieu le 7 décembre. Mais hier, (le conseiller présidentiel pour les affaires étrangères) Hikmet Hajiyev m’a informé que, du bureau de Michel, on disait que le Premier ministre arménien Nikol Pashinian n’avait accepté la réunion qu’à la condition que le président français Macron y participe», a expliqué le président azerbaïdjanais dans des propos rapportés par le portail azéri Haqqin.

L’Azerbaïdjan accuse la France de prendre une position pro-arménienne sur le conflit du Haut-Karabakh. En octobre, l’accusation du président français Macron d’avoir «lancé une guerre terrible et brutale» en Azerbaïdjan a provoqué une vive réaction à Bakou.

M. Aliyev a également critiqué le fait que le président français ait «tenté d’attaquer» l’Azerbaïdjan lors du sommet de la Francophonie du week-end dernier à Tunis, avec une tentative de résolution «truffée d’insinuations et d’accusations».

«Au vu de tout cela, il est clair que la France ne peut pas prendre part aux pourparlers de paix», a-t-il déclaré, ajoutant que Bakou envisagerait «d’autres alternatives». «Voyons qui assumera le rôle de médiateur et sur quelle plateforme il sera mené», a-t-il ajouté lors d’un forum dans la capitale, rapporté par l’agence de presse officielle Azertac d’Azerbaïdjan.

Le ministère arménien des affaires étrangères a rejeté toute suggestion selon laquelle il tenterait de faire dérailler les pourparlers et a simplement demandé que la réunion de Bruxelles suive le format de la réunion quadripartite entre les dirigeants de l’Arménie, de la France, de l’Azerbaïdjan et le président du Conseil européen, Charles Michel, à Prague en octobre de cette année.

Dans sa réponse, le ministère arménien des affaires étrangères s’est contenté de rappeler que le format des réunions ultérieures avait été convenu par toutes les parties à Prague «et il est logique que le format de la réunion et la composition des participants soient les mêmes», a expliqué son porte-parole, Vahan Hunanyan.

Ces dernières années, les deux pays se sont affrontés au sujet du contrôle du Haut-Karabakh, un territoire à majorité arménienne qui est au centre du conflit depuis qu’il a décidé de faire sécession de la région azerbaïdjanaise intégrée par l’Union soviétique en 1988.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont accepté un cessez-le-feu le 15 septembre et, début octobre, ont convenu de s’engager à respecter la Charte des Nations unies et la déclaration d’Alma Ata de 1991, par laquelle les deux pays reconnaissent l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’autre. Ensuite, M. Pashinian a souligné devant le Parlement qu’il s’attendait à ce que le traité de paix avec l’Azerbaïdjan soit signé avant la fin de l’année.

«Toutes les déclarations de la partie azérie accusant la partie arménienne d’essayer de faire dérailler la réunion et le processus de paix n’ont rien à voir avec la réalité. La République d’Arménie est prête pour la réunion du 7 décembre, conformément à l’accord et au format conclus à Prague», a déclaré le porte-parole du ministère arménien des affaires étrangères à l’agence de presse nationale Armenpress.