Bolsonaro nomme au poste de secrétaire à la culture un officier militaire qui a défendu le détournement de fonds pour promouvoir l’utilisation des armes

Archivo
Archivo – Jair Bolsonaro. – O Globo/GDA via ZUMA Press Wire/ DPA

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a nommé mercredi André Porciuncula, un ancien capitaine de la police militaire qui, le mois dernier, a défendu le détournement de fonds destinés à des productions audiovisuelles vers des espaces qui encouragent l’utilisation d’armes à feu, au poste de secrétaire à la culture.

La décision de M. Bolsonaro de changer le responsable de la culture, qui dans son cabinet a le statut de secrétariat spécial et non de ministère, 25 jours avant la fin de son mandat, est motivée par le départ du précédent responsable, Hélio Ferraz, vers le gouvernement de Tarcísio de Freitas dans l’État de Sao Paulo.

M. Porciuncula, qui est considéré au Brésil comme un provocateur d’extrême droite, est le septième secrétaire d’État à la culture depuis que M. Bolsonaro est devenu président et a réintégré le gouvernement après avoir tenté sans succès de remporter un siège de député.

Au sein de la Culture, il avait été secrétaire adjoint sous la direction de Mário Frias, profitant de cette position pour soutenir les projets d’armement d’un Bolsonaro qui en avait fait l’une de ses principales promesses de campagne, ainsi que pour démanteler certaines des principales politiques publiques soutenant le secteur.

Le nouveau, bien qu’éphémère, secrétaire à la culture est fréquemment vu sur les médias sociaux posant avec des armes à feu de haut calibre aux côtés d’autres associés de Bolsonaro, et même avec certains des enfants de Bolsonaro.