Un tribunal néo-zélandais ordonne l’opération d’un bébé malgré les réticences des parents à l’égard du don de sang

Archive
Archive – Une personne traverse un pont à Auckland, en Nouvelle-Zélande. – ZHAO GANG / XINHUA NEWS / CONTACTOPHOTO

Un tribunal néo-zélandais a pris en charge la tutelle d’un bébé de quatre mois, estimant que ses parents avaient agi de manière inappropriée en bloquant une opération chirurgicale d’urgence parce qu’ils craignaient que leur enfant puisse recevoir du sang de donneurs vaccinés contre le COVID-19.

Le bébé, qui souffre d’un problème cardiaque, est toujours hospitalisé à Auckland. Face aux réticences des parents quant au traitement dont il a besoin de toute urgence, les services de santé ont demandé l’intervention des tribunaux, qui ont finalement donné tort à la famille.

Ils ont jugé que l’État doit prendre en charge l’enfant avec effet immédiat et jusqu’à ce que non seulement l’opération mais aussi la période postopératoire soient terminées. Selon la télévision publique néo-zélandaise, elle stipule que les parents doivent être tenus informés à tout moment des progrès médicaux de leur enfant.

L’avocat de l’agence de santé publique a insisté sur le fait que la «survie» du bébé dépendait de cette mesure et a souligné que les critères des parents allaient totalement à l’encontre de l’avis des professionnels. Il a également souligné que la mère avait accepté l’utilisation de la banque de sang pour une opération précédente.

L’avocat de la famille a toutefois appelé à ne plus pratiquer la «roulette du sang» et a défendu le fait que les parents avaient réuni une trentaine de donneurs n’ayant pas reçu le vaccin COVID-19 et qui avaient proposé de collaborer à l’opération. Environ 200 personnes se sont rassemblées devant le palais de justice pour soutenir les parents.