Les experts de l’ONU assimilent la discrimination à l’égard des femmes en Afghanistan à des crimes contre l’humanité

Amnesty
Amnesty rappelle que les femmes en Afghanistan subissent une «oppression illimitée» de la part des talibans. – ADRIEN VAUTIER / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

Un groupe de rapporteurs des Nations unies a dénoncé les abus commis par les talibans à l’encontre des femmes et des filles en Afghanistan comme pouvant constituer des crimes contre l’humanité et a appelé la communauté internationale à continuer à faire pression pour le respect des libertés et des droits.

Les experts ont averti que les violations des droits de l’homme «ont augmenté de façon spectaculaire» dans un pays qui comptait déjà certaines des violations «les plus graves et les plus inacceptables» au monde.

En ce sens, ils ont condamné le veto des femmes dans l’enseignement secondaire ou dans les parcs et les gymnases et, de manière générale, le fait que le temps de loisirs soit réduit au minimum. «Confiner les femmes à leur domicile équivaut à un emprisonnement et est susceptible d’entraîner des niveaux plus élevés de violence domestique et de problèmes de santé mentale», ont-ils déclaré dans un communiqué.

Les talibans étendent également leurs efforts de contrôle aux hommes jugés «responsables» des femmes qui enfreignent les doctrines strictes du régime, ce qui, selon les experts, signifie qu’ils encouragent les citoyens masculins à «contrôler» également le comportement des autres, pour éviter d’être eux-mêmes punis.

Les rapporteurs ont exhorté les talibans à respecter le droit international et à libérer toutes les personnes détenues arbitrairement pour leur persécution des femmes. Ils souhaitent également que les femmes puissent mener à bien leur travail de militantes «à l’abri des intimidations et des attaques».

Au reste du monde, ils ont demandé de faire du respect des droits des femmes un élément «central» de toute discussion avec le régime afghan, tout en espérant que les autres pays pourront enquêter, voire poursuivre, ceux qui se livrent à des «persécutions sexistes» en Afghanistan.