Bolsonaro suspend le financement du budget secret après l’accord de Lula avec ses alliés du Congrès.

Jair
Jair Bolsonaro. – ERICA MARTIN / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

Le président sortant du Brésil, Jair Bolsonaro, a ordonné l’annulation du financement des amendements parlementaires, connus sous le nom de «budgets secrets», après que ses anciens partenaires au Congrès ont conclu des accords avec le nouveau chef d’État à partir de janvier 2023, Luiz Inácio Lula da Silva.

L’ordre de Bolsonaro laisse le président de la Chambre des députés, Arthur Lira, sans marge de manœuvre pour financer les accords qu’il avait conclus avec les différents bancs pour confirmer sa réélection, et met également Lula dans une situation difficile puisqu’il a critiqué ce type d’amendements pendant la campagne.

Les «budgets secrets» sont un mécanisme approuvé à la mi-2020 selon lequel, chaque année, un membre du Parlement agit en tant que «rapporteur» sur les postes budgétaires pour suggérer aux ministères fédéraux où et comment les allouer.

Il s’agit d’une ressource très contestée car elle violerait les principes de transparence et d’impersonnalité que toute loi budgétaire exige et qui, depuis son approbation, a servi à Bolsonaro pour maintenir la gouvernabilité au sein d’un Congrès plein de clientélisme.

Ces dernières années, ces ressources ont été distribuées sans aucun critère technique et ont permis aux entités locales et régionales alliées au gouvernement fédéral de payer leurs politiques ou d’acheter des biens inutilement, des tracteurs aux camions poubelles à des prix gonflés.

La décision de Bolsonaro de couper ces fonds intervient un jour après que la direction du Parti des travailleurs (PT) a confirmé à Lira qu’elle chercherait à le faire réélire à la présidence de la Chambre, tandis qu’elle devrait faire de même pour le chef du Sénat, Rodrigo Pacheco.

Tous deux ont été élus avec l’aval de Bolsonaro et sont chargés de gérer la distribution de ces budgets. Sur les 16,5 milliards de reais (environ 3 milliards d’euros) prévus pour les articles de cette année, 7,8 milliards de reais (1,4 milliard d’euros) ont été bloqués par le gouvernement, a appris le quotidien «Estadao».

Cette dernière manœuvre de Bolsonaro a eu lieu mercredi, le jour même où Lula a rencontré séparément Lira et Pacheco, arguant que ces ressources devraient être affectées à d’autres domaines en raison des blocages que le gouvernement a été contraint de faire dans le dernier pour respecter le plafond de la dette.