La Suède, la Norvège et la Finlande ouvrent la porte à l’envoi de chars Leopard en Ukraine également

Archive
Archive – Image d’archive d’un entraînement de chars Leopard 2 de la Bundeswehr allemande à Muenster, Basse-Saxe – Philipp Schulze/dpa

Les autorités suédoises, norvégiennes et finlandaises ont ouvert la porte mercredi à la possibilité d’envoyer des chars Laopard en Ukraine, tout en indiquant qu’il n’y a pas de projet en ce sens à ce stade.

«Pour le moment, il n’y a pas de préparatifs pour la livraison de ces chars par la Suède, mais cette possibilité n’est pas exclue à une date ultérieure», a déclaré le ministre de la Défense Pal Jonson au journal Svenska Dagbladet.

Jonson avait déjà indiqué vendredi que, d’une manière générale, il n’y avait pas d’objection à cela. Mercredi, le gouvernement allemand a finalement confirmé qu’il enverrait 14 de ces chars en Ukraine et, après des jours de pression, a donné le feu vert à d’autres pays pour qu’ils prennent des décisions similaires. L’armée suédoise possède environ 120 chars Leopard.

De son côté, le gouvernement norvégien a indiqué qu’il étudiait également la possibilité de transférer des chars, bien qu’aucune décision n’ait été prise pour le moment, comme le rapporte le quotidien «Dagens Naringsliv», qui évoque l’envoi éventuel de 36 chars Leopard par Oslo.

Peu après, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, s’est entretenu dans la journée du processus d’adhésion du pays à l’OTAN et d’autres questions liées à la guerre en Ukraine. Il s’est rendu à Riga pour des entretiens avec le président letton Egils Levits et le ministre des affaires étrangères Edgars Rinkevics.

Sur la question de l’envoi de chars Leopard, M. Haavisto a répété que le pays dispose de tels chars et qu’il est prêt à participer à un «paquet commun auquel l’Allemagne participera heureusement». «Nous sommes prêts à participer d’une manière ou d’une autre», a-t-il déclaré, selon le journal «Helsingin Sanomat».

À cet égard, il a souligné que la Finlande a récemment augmenté son assistance militaire à l’Ukraine et a fait remarquer que le dernier paquet d’aide s’élève à plus de 400 millions d’euros.

Source: (EUROPA PRESS)