M. Guterres prévient que l’utilisation stratégique des données est essentielle contre le terrorisme

Archives
Archives – Secrétaire général des Nations Unies António Guterres – AAPIMAGE / DPA

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré mercredi que le monde a «un temps de retard» dans la collecte, l’analyse et l’utilisation stratégique des données pour combattre le terrorisme.

«Nous devons placer les outils et les stratégies fondés sur les données au cœur de notre approche de la consolidation de la paix et de la sécurité, y compris des efforts de lutte contre le terrorisme», a-t-il déclaré lors de son discours à la neuvième réunion du Pacte mondial de coordination de la lutte contre le terrorisme des Nations unies.

M. Guterres a également déclaré que les stratégies de lutte contre le terrorisme doivent «refléter un large éventail de voix», tout en soulignant que la lutte contre le terrorisme «ne doit jamais servir d’excuse pour piétiner les droits de l’homme».

«Si les terroristes et les criminels poursuivent souvent des agendas et des stratégies différents, ils se nourrissent tous deux de crimes tels que le trafic de drogue, la traite des êtres humains et le financement illicite. Nos réponses antiterroristes doivent avoir une longueur d’avance», a déclaré M. Guterres.

Il a déclaré que l’utilisation des données est nécessaire «pour évaluer l’efficacité des activités et des politiques de prévention du terrorisme, notamment pour garantir le respect des droits de l’homme à tout moment».

«Le terrorisme trouve sa place dans un vide : un vide de sécurité, d’institutions politiques et civiques efficaces, d’opportunités et d’espoir. Un vide de respect des droits de l’homme, de l’égalité et de la dignité, en particulier pour les minorités, les femmes et les filles», a-t-elle souligné dans son discours.

Enfin, le Secrétaire Général a dédié quelques mots aux victimes du terrorisme, assurant que nous devons nous souvenir des personnes blessées et déplacées par cette cause, ainsi que maintenir les besoins des victimes.

Source: (EUROPA PRESS)