Les États-Unis soutiennent la reprise du dialogue au Venezuela sans faire allusion à d’éventuels gestes.

Le
Le président vénézuélien Nicolas Maduro – -/Prensa Miraflores/dpa

Le gouvernement américain a applaudi l’accord conclu entre le Chavisme et l’opposition vénézuélienne pour reprendre le dialogue, bien qu’il ne soit pas clair dans quelle mesure l’administration américaine peut s’impliquer dans le processus, par exemple en allégeant les sanctions en place contre le gouvernement de Nicolás Maduro.

«Nous nous félicitons du retour au dialogue entre les parties vénézuéliennes cette semaine, nous espérons qu’elles travailleront à l’allègement des défis humanitaires auxquels sont confrontés les Vénézuéliens et à la tenue d’élections libres et équitables», a déclaré le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian A. Nichols.

Les États-Unis, a déclaré M. Nichols sur Twitter, «continuent de se tenir aux côtés du peuple vénézuélien dans sa quête d’un avenir meilleur».

L’administration de Joe Biden, qui ne reconnaît pas techniquement Maduro comme président du Venezuela, a promu une batterie de sanctions qu’elle serait prête à évaluer en cas de progrès politique dans le pays sud-américain, comme l’ont déclaré à plusieurs reprises de hauts responsables américains.

Parmi les gestes possibles, il y a une concession partielle à la compagnie pétrolière Chevron pour qu’elle puisse étendre ses opérations au Venezuela, à condition qu’il y ait une certaine forme de progrès dans les négociations qui commencent maintenant au Mexique, selon des sources consultées par Bloomberg. Ce permis temporaire laisserait la compagnie pétrolière publique PDVSA en dehors des bénéfices potentiels.