Les partisans de Bolsonaro appellent au boycott de la Coupe du monde pour mettre fin aux manifestations antidémocratiques

Les
Les partisans de Jair Bolsonaro demandent une intervention institutionnelle après sa défaite électorale. – JOSE LUCENA / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

À la veille du premier match de la Coupe du monde Qatar 2022 au Brésil, des groupes de partisans de Jair Bolsonaro ont lancé une campagne de boycott du tournoi afin de maintenir la pression dans la rue pour que les manifestations antidémocratiques qui ont lieu dans différentes régions du pays depuis le 30 octobre pour protester contre la victoire de Luiz Inácio Lula da Silva n’aboutissent pas.

Au diable la Coupe, nous restons forts pour un Brésil libre», ou «Je dis non à la Coupe», sont quelques-uns des slogans qui ont parcouru les groupes WhatsApp et Telegram tout au long de cette semaine, ainsi que dans les rassemblements qui tourbillonnent devant les portes des casernes de l’armée, où, entre deux prières, on appelle à une intervention militaire des institutions.

Aujourd’hui, les partisans de Bolsonaro ne se contentent pas de protester contre le «retard» des forces armées à agir, ils s’efforcent également de décourager les gens de suivre le tournoi de football par excellence, dans lequel le Brésil a déjà fait ses débuts avec une victoire 2-0 sur la Serbie.

Le vrai match est contre le communisme», «La Coupe arrive, ton pays reste», disent d’autres de ces slogans, dont même l’équipe nationale n’est pas épargnée, dont les joueurs sont montrés du doigt alors que certains, comme Neymar, sont des supporters déclarés de l’actuel président du Brésil, rapporte le journal «O Globo».

«Notre liberté ne viendra pas avec les élections, 99% des joueurs jouent en Europe et l’entraîneur est un PT déclaré», dit l’un de ces messages, faisant référence aux affinités supposées avec le Parti des travailleurs de l’entraîneur brésilien Adenor Leonardo Bacch, plus connu sous le nom de «Tite».

Si beaucoup de ces adeptes parient sur le fait de laisser la Coupe du monde de côté pour continuer comme avant devant les casernes ou bloquer la circulation sur les routes du pays, il y a aussi ceux qui ont préconisé d’utiliser l’événement footballistique pour exprimer leur rejet de Lula da Silva dans les tribunes.

Ces dernières heures, de nouveaux barrages et blocages ont eu lieu sur l’une des principales routes menant à l’aéroport international de Viracopos, dans la ville de Campinas, à São Paulo.

Des images partagées sur les réseaux sociaux montrent comment les mécontents de la défaite de Bolsonaro dans les urnes ont installé des barricades et utilisé leurs propres véhicules pour entraver la circulation.