L’extrême droite Andy Biggs se présente pour diriger les républicains à la Chambre des représentants.

Andy
Andy Biggs. – LEV RADIN / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

Andy Biggs, membre du Congrès d’extrême droite de l’Arizona, a annoncé qu’il se présentera à l’investiture du Parti républicain pour diriger la chambre basse des États-Unis, malgré sa défaite antérieure lors d’un scrutin interne, à un moment où la nomination de Kevin McCarthy n’est pas tout à fait claire.

«Il est temps pour un nouveau leadership à la Chambre des représentants des États-Unis», a annoncé Biggs, qui a accusé McCarthy d’être «créé, élevé et maintenu» par le système.

«Les gens sont ravis que le règne d’extrême gauche de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, touche à sa fin (…) Allons-nous élire un républicain de l’establishment comme leader ?», demande M. Biggs, qui affirme que les démocrates sont favorables à l’option que représente M. McCarthy.

Biggs a accusé McCarthy d’être influencé par la Maison Blanche sur des questions telles que le vote des budgets, les attaques contre l’ancien président Donald Trump, et même son soutien présumé à la disgracieuse Liz Cheney. «Ce n’est que lorsqu’elle l’a embarrassé publiquement qu’il a soutenu son éviction», a-t-il dit.

Un vote est prévu le 3 janvier au sein de la Chambre des représentants pour élire son nouveau président pour une législature dans laquelle les Républicains ont remporté une faible majorité qui pourrait déclencher une bagarre interne au sein du parti s’il ne parvient pas à produire un candidat qui obtient au moins 218 voix.

Actuellement, McCarthy ne peut se permettre de perdre que quatre voix républicaines lors du scrutin de janvier. Le mois dernier, lorsqu’il a battu Biggs dans la primaire républicaine, il a obtenu 188 voix mais en a perdu 31. Maintenant, avec la candidature de Biggs, ses détracteurs peuvent voter pour cette alternative pour diriger une Chambre des représentants où les républicains détiennent 222 sièges.

Si M. McCarthy ne parvient pas à obtenir les 218 voix nécessaires au premier tour de scrutin, il sera retenu jusqu’à ce que quelqu’un d’autre y parvienne, une affaire qui dure depuis environ un siècle, rapporte CNN.

Le deuxième républicain de la Chambre des représentants, Steve Scalise, a déclaré qu’il ne spéculait pas sur la possibilité de se présenter si M. McCarthy n’obtenait pas le soutien nécessaire et qu’il était convaincu qu’avant le 3 janvier, le parti serait en mesure de régler tous ses différends internes.

Pour le représentant du Texas Tony Gonzales, partisan de McCarthy, tout ceci n’est que du «théâtre», tandis que Chip Roy, l’un de ces républicains de l’aile dure, considère que cette faction du parti a parfaitement le droit de faire pression sur McCarthy pour atteindre ses objectifs.

«Ce n’est pas nouveau dans notre histoire. C’est normal, nous avons un débat, tout comme, d’ailleurs, les démocrates l’ont fait la dernière fois», a déclaré M. Roy, rappelant le scepticisme initial de certains au sein du parti démocrate à l’égard de la future présidente de la Chambre, Nancy Pelosi.