L’un des auteurs des attentats de Bali en 2002 bénéficie d’une libération conditionnelle

Archive
Archive – Hommage aux victimes des attentats de Bali au consulat australien – AAPIMAGE / DPA

L’un des condamnés pour les attentats terroristes de 2002 à Bali, en Indonésie, qui ont fait plus de 200 morts, a été libéré mercredi après avoir purgé un peu plus de la moitié de sa peine de 20 ans.

L’accusé, Umar Patek, connu sous l’alias Hisyam bin Alizein et arrêté au Pakistan en 2011, avait participé à la fabrication des bombes qui ont explosé en plusieurs endroits de l’île et ont également tué des dizaines de touristes étrangers, principalement des Australiens.

Patek a quitté la prison de Surabaya avec l’engagement de se présenter régulièrement devant les autorités jusqu’en avril 2030, selon une porte-parole des autorités pénitentiaires, Rika Aprianti. «Il remplit toutes les conditions pour être libéré, notamment en faisant preuve d’un bon comportement et en participant à des programmes de déradicalisation», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

En effet, l’Indonésie a défendu l’apparente déradicalisation de Patek comme une réussite, bien qu’en Australie la nouvelle de la libération ait suscité la controverse. Le Premier ministre, Anthony Albanese, avait déjà déclaré que cela causerait «une détresse supplémentaire» aux familles des victimes.