Quelque 20 000 personnes déplacées par les combats dans le Haut-Nil, au Sud-Soudan, depuis août.

Archives
Archives – Orphelinat à Juba, Sud-Soudan – DENIS ELAMU / XINHUA NEWS / CONTACTOPHOTO

Quelque 20 000 personnes ont été déplacées depuis le mois d’août par les combats dans l’État du Haut-Nil, dans le nord-est du Soudan du Sud, a indiqué mercredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), se disant «alarmé» par le «désespoir croissant» causé par le conflit entre les factions armées.

Les combats ont éclaté le 15 août dans la ville de Tonga, mais se sont depuis étendus à d’autres villes du Nil supérieur, de Jongley et d’Unity, une situation qui a poussé quelque 3 000 personnes à fuir vers le Soudan, aggravant la crise des réfugiés sud-soudanais dans ce pays africain.

«Le désespoir grandit et de plus en plus de personnes fuient alors que le conflit s’intensifie», a déclaré le représentant du HCR au Sud-Soudan, Arafat Jamal. «Les civils sont pris pour cible dans ce conflit incessant. Nous devons veiller à ce qu’ils soient protégés», a-t-il déclaré.

Les femmes, les enfants et d’autres groupes à risque constituent la majorité des personnes déplacées, tandis que certaines personnes âgées et handicapées n’ont pas pu fuir et ont dû se cacher dans des zones de brousse sur les rives du Nil Blanc pendant les attaques. Les personnes déplacées sont également «visiblement traumatisées» et font état de meurtres, de violences sexistes, d’enlèvements, d’extorsions, de pillages et d’incendies de biens. Beaucoup de ces personnes ont perdu leur maison ou ont été séparées de leur famille.

La semaine dernière, M. Jamal a dirigé la première visite multi-agences dans le village d’Adidiang depuis son attaque le 7 septembre, qui a poussé 4 000 personnes à fuir vers Malakal et à se réfugier dans le camp de déplacés de la ville, géré par la Mission d’assistance des Nations unies au Soudan du Sud (MINUS). Créé il y a dix ans pour accueillir 12 000 personnes, l’établissement compte aujourd’hui 37 000 résidents.

Des survivants de l’attaque d’Adidiang ont rapporté que des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées, tandis que d’autres se sont noyées en essayant de traverser une rivière pour échapper à l’attaque. La mission s’est également rendue dimanche dans le village de Diel, à Jonglei, où certaines personnes déplacées reviennent pour retrouver leurs maisons incendiées.

«A Adidiang et Diel, nous avons été témoins des résultats de la violence brutale. Il était décourageant de voir un schéma clair d’attaques contre des civils dans leurs maisons», a déclaré Jamal. Certains des déplacés qui sont retournés à Diel se nourrissent de plantes aquatiques pour survivre. En conséquence, le HCR et d’autres ONG ont intensifié leur réponse pour fournir un soutien aux personnes les plus vulnérables, y compris l’utilisation de bateaux pour étendre la capacité de réponse mobile, y compris dans les zones difficiles à atteindre. L’agence a noté que 6,8 millions de personnes ont besoin d’aide en raison des conflits armés, de la violence, des inondations, de l’insécurité alimentaire et de la crise économique, mais que seuls 46 % des 214,8 millions de dollars (environ 204,5 millions d’euros) de financement de la réponse ont été reçus jusqu’à présent cette année.

Le Soudan du Sud dispose d’un gouvernement d’union qui a vu le jour suite à la matérialisation de l’accord de paix de 2018. Malgré la baisse de la violence due au conflit politique, le pays a connu une augmentation des affrontements intercommunautaires, principalement motivés par le vol de bétail et les conflits entre éleveurs et agriculteurs dans les zones les plus fertiles du pays, notamment en raison de l’augmentation de la désertification et du déplacement des populations.