Von der Leyen insiste sur le fonds industriel européen pour faire face au plan d’aide américain

01
01 décembre 2022, Irlande, Dublin : La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prend la parole lors d’une session conjointe du Dail et du Seanad pour marquer les 50 ans d’adhésion de l’Irlande à l’UE, à Leinster House. Photo : Maxwell Photography/PA Media/dpa – Maxwell Photography/PA Media/dpa

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a insisté mercredi sur l’idée de créer un fonds industriel européen pour faire face à la loi anti-inflation adoptée par les Etats-Unis, qui prévoit des millions d’aides au secteur automobile américain et que l’Europe juge discriminatoire pour ses entreprises.

Dans un discours prononcé à l’université Bocconi en Italie, Mme Von der Leyen a souligné que le plan américain pourrait «créer des distorsions» en favorisant les entreprises américaines et en se fondant sur la logique de «l’achat de produits américains». Il a déclaré que le programme propose des exonérations fiscales et des subventions à la production qui pourraient être discriminatoires à l’égard des entreprises européennes.

Dans ce contexte, le chef de l’exécutif européen a indiqué que l’Europe aura besoin de «solutions structurelles» pour son industrie à moyen terme, soulignant que l’objectif est de faire de l’industrie européenne un leader de la transition propre. «C’est pourquoi j’ai introduit l’idée de créer un fonds souverain. La logique sous-jacente est simple : une politique industrielle européenne commune nécessite un financement européen commun», a-t-il déclaré.

Il a également préconisé d’ajuster les règles européennes en matière d’aides d’État pour les «rendre plus simples» et faire en sorte que les investissements publics aient un impact sur la transition numérique et énergétique, suite aux propositions formulées dans un discours prononcé dimanche dernier au Collège d’Europe à Bruges.

Elle a appelé à un «nouveau regard» sur les cadres européens des aides d’État afin de les rendre plus «prévisibles et simples», en examinant comment soutenir la chaîne de valeur, jusqu’à la production de masse de solutions technologiques vertes. «Il y a beaucoup de travail stratégique à faire», a-t-il déclaré.

DIALOGUE AVEC LES ÉTATS-UNIS POUR S’ATTAQUER À LA CHINE Quoi qu’il en soit, le conservateur allemand a défendu le dialogue avec Washington pour s’attaquer aux aspects «les plus inquiétants» de la législation américaine, une task force étant déjà en place à cet effet, tandis que l’UE et les États-Unis unissent leurs forces pour relever les «défis communs» présentés par la Chine.

Mme Von der Leyen a appelé l’UE et les États-Unis à unir leurs forces dans le secteur des technologies vertes afin de surmonter la dépendance vis-à-vis de Pékin. «L’une des solutions possibles pourrait être de créer un club de matières premières pour surmonter le monopole de la Chine dans ce domaine», a-t-elle suggéré.

«Nous avons beaucoup de travail devant nous. Mais une chose est sûre : nous sommes plus forts individuellement lorsque nous sommes unis collectivement», a-t-elle résumé.